0

Bienvenue

accueil-jolie-fleur-1

Lorsque l’on rencontre quelqu’un pour la première fois, il n’y a qu’une seule manière de bien commencer cette nouvelle relation : dire bonjour.

Alors aujourd’hui, je vous adresse un grand bonjour empli de bonne humeur. Une touche d’optimisme dans ce monde de « brutes » pour venir partager avec vous mon univers naturel addict du fait maison.

My Original Nature est le nom que j’ai choisi pour cet espace. Ce nom est unique tout en étant multiple, pouvant être lu et interprété de différentes façons selon les résonances de chacun. Il est le reflet de ma personne et de ma nature profonde. Décalée souvent, à contre sens tout le temps mais sans cesse originale et naturelle.

Bien souvent, lorsque j’explique mon mode de vie ou mes idées souvent alternatives, je fais face à une incompréhension, une perplexité voire un rejet. Surtout lorsque que j’explique que je fabrique moi-même mes produits de ménage et cosmétiques depuis 5 ans et que je n’y ai trouvé que des avantages aussi bien au point de vue de la santé que financier. C’est un véritable mode de vie, un état d’esprit qui tente d’être moins dans le gaspillage et plus dans le recyclage.

Malheureusement, ce mode de vie est différent. Et c’est ce différent qui me range de fait au mieux dans le statut de « gentille hippie » voire de bête curieuse idéaliste et souvent de dangereuse utopiste. Je suis ainsi catégorisée bien vite dans les personnalités « alter » à fuir dès que possible.

C’est une des raisons d’être de ce blog. Un lieu où je peux montrer qu’il est tout à fait possible de fabriquer tous ses produits d’hygiène et cosmétiques soi-même très simplement. Je souhaite vous apprendre à changer de regard sur les produits Home Made. Expliquer pourquoi ils sont moins dangereux et bien plus efficaces que leurs cousins du commerce. Démontrer qu’ils reviennent moins chers et qu’ils ne sont pas plus compliqués à fabriquer que de faire de la cuisine.

Montrer à quel point ce changement peut être bénéfique pour tous. Si je peux le faire, tout le monde le peut. Ce n’est ni une question d’intelligence ni de technicité. Il suffit juste d’un peu de volonté et de prendre les choses sous un angle nouveau, de ne pas avoir avoir d’à priori.

C’est ainsi que j’ai voulu cet espace original, naturel et convivial où je vais partager au fil des jours et des mois ma passion pour les produits maison et la réalisation de ceux-ci. Quelques recettes que j’utilise pour nettoyer ma maison, embellir ou soigner le corps ou régaler les papilles..

Je vais aussi y proposer des astuces pratiques dans des domaines variés qui tenteront de faciliter notre quotidien.  Je présenterai aussi d’autres réalisations maison, des créations artisanales ou les bonnes idées du moment. Rien que de belles et bonnes choses pour embellir nos vies.

Je vais aussi laisser une place pour l’image et le texte en vous proposant des photos personnelles et des textes qui me tiennent à cœur.

Je le souhaite aussi un immense espace de partage avec tous et toutes les autres « popoteur(se)s » et autres « tambouilleur(se)s ». Une grande communauté qui ne cesse de s’agrandir chaque jour et qui, je l’espère n’en restera pas là. En espérant que ce modeste blog pourra aider à diffuser les vertus du « Fait Maison ». Ce blog est aussi ouvert aux partages avec toutes les personnes qui le souhaiterons dans la thématique de ce blog. Mon adresse mail myoriginalnature[arobase]mailoo.org est ouverte à tous.

Tout le monde peut le faire et améliorer son quotidien. Il suffit juste d’essayer. Et en guise d’introduction, j’aime à citer cette maxime de Robert Schuller qui nous dit :

« Que tenteriez-vous si vous étiez sûr de ne pas échouer ? »

Bienvenue dans mon monde où j’espère que vous pourrez passer un petit moment agréable et en repartir avec la tête pleine de bonnes idées et de positivité.

Mélanie
My Original Nature

Publicités
0

PoubelleLaVie – Les éponges

J’inaugure mon premier article de la section PoubelleLaVie ou comment se rendre la vie plus belle en arrêtant de jeter et faire un geste vital pour la planète.

En réalité, je prépare cet article depuis des années.

Dans un premier temps, je voulais partager une astuce, semblant pratique et économique, sur la façon dont je fabriquais de petites éponges cosmétiques.

Ces petites éponges très fines servent à la toilette du visage que j’utilisais à l’époque à la place d’un gant de toilette. Elles coûtent les yeux de la tête, vendues par lot de deux entre 2 et 5 euros pour quelques grammes. Elles sont de surcroît tellement fines qu’elles s’usent très rapidement et se déchirent. Il y a une dizaine d’années, elles étaient un peu plus épaisses et tenaient un peu mieux. Mais la rentabilité et la recherche de profits aidant, c’est devenu une grosse arnaque.

J’allais donc créer un tutoriel de fabrication d’éponges cosmétiques à partir d’éponges ménagères, les mêmes que nous utilisons dans nos maisons.

Puis, en faisant les recherches pour le rédiger, j’ai carrément changé d’avis !!

Mon article s’est donc transformé pour inciter très fortement comme je le fais maintenant à ne plus utiliser d’éponges qu’elles soient cosmétiques ou ménagères.

Pour débuter, petite présentation de mesdames les éponges car elles sont de plusieurs sortes :

– Les éponges naturelles d’origine animale comme les éponges de mer

– Les éponges naturelle d’origine végétale à base de looffa ou de konjac

– Les éponges synthétique végétale issues de la transformation d’un polymère naturel comme la cellulose, le coton ou la purée de pois

– Les éponges synthétique issues de dérivés du pétrole comme le polyuréthane.

Les éponges animale – les éponges de mer

Les éponges ou spongiaires (Porifera) ont un corps considéré comme une masse non vivante comprise entre deux couches de cellules: le pinacoderme qui se situe à l’extérieur et le choanoderme à l’intérieur. Les spongiaires sont – à ce qu’il paraît – dépourvues de système nerveux.

Les termes éponge et spongiaires proviennent tous les deux du latin spongia, signifiant éponge. Porifera vient du latin « porus », signifiant petit trou, ou pore et le verbe « ferre » qui signifie porter.

Dans l’histoire de la biologie, elles ont longtemps été considérées comme un végétal mais ce sont en réalités des animaux. La répartition géographique des éponges est très importante et elles ont colonisé les eaux marines, douces et saumâtres, de profondeurs faibles jusqu’à très profond à plus de 5 km sous tous les climats. Elles ont une importante action dans la filtration de l’eau.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Éponges

Des éponges animales mais paraît-il « non vivantes » car dépourvues de système nerveux. Pourtant elles vivent, se développent, se reproduisent, filtrent l’eau : elles font partie de notre écosystème du vivant et à ce titre, il convient de les préserver et de les protéger.

Impensable donc de les utiliser pour le petit confort personnel de mon visage en massacrant un animal essentiel aux écosystèmes marins. Sans compter que les éponges de mer qui sont censées être « plus naturelles » sont traitées à l’identique des autres avec des solutions chlorées ou suroxygénées afin de les blanchir et les de les rendre commercialisables.

Les éponges végétales

Elles peuvent être fabriquées à base de loofah ou de konjac.

Le loofa (ou loofah) est un genre de plante grimpante tropicale dont le fruit en forme de concombre ou de courgette. D’origine plutôt asiatique, il est cultivé depuis des décennies en Amérique du Sud et sa fibre sert à fabriquer des éponges exfoliantes pour le visage, le corps ou le ménage. Ces éponges sont 100 % biodégradables mais elles ne sont pas fabriquées en France et en acheter n’est donc pas très écologique.

Il est possible de faire pousser du loofa dans son jardin… encore faut-il un petit carré de terre ce qui est difficilement concevable selon son mode d’habitation.

Le konjac quant à lui est une fibre végétale de la plante konjac. C’est une plante vivace issue d’une rhizome originaire d’Asie du Sud Est. Elle permet aussi de fabriquer des éponges douces et légèrement exfoliantes qui sont, parait-il, des miracles pour la peau.

Mais – parce qu’il y un mais – la quasi totalité du konjac provient du Japon et les méthodes de cultures sont peu connues. Entre le flou sur les méthodes de production, le transport et la radioactivité ambiante, intérêt 0.

Puis, l’industrie chimique aidant, nous avons créé des éponges synthétiques.

L’éponge synthétique végétale

L’éponge végétale est fabriquée à base de viscose depuis les années 1930 ou souvent à base de cellulose c’est à dire de pulpe de bois voir de coton.

Elle a un pouvoir absorbant 3 fois inférieur à celui d’une éponge animale et reste moins chère et plus résistante que cette dernière. Elle représente environ 85 % des éponges synthétiques vendues en France.

Ces éponges sont issues d’une réaction chimique entre du benzoate polymérique et un aluminium fin ce qui produit de fins trous. On y ajoute des colorants et des solutions désinfectantes à base notamment de triclosan qui est un désinfectant nocif pour la santé. Sa production demande beaucoup d’énergie et n’est donc pas écologique d’autant qu’il n’y a aucun recyclage possible en l’état.

Quand on sait que la durée de vie moyenne d’une éponge est entre 2 et 4 mois; ce sont au bas mot 74 millions d’éponges végétales qui sont utilisées chaque année en France.

C’est une importante source de pollution donc intérêt 0 également.

Les éponges synthétiques

Les éponges synthétiques sont les pires produits qui soient car elles sont issues l’industrie pétrochimique, ce qui les rend non biodégradables.

Elles sont très peu chères et sont très résistantes même si elles ont un pouvoir absorbant bien inférieur aux autres types d’éponges naturelles ou non. Comme leurs homologues, elles sont traitées avec des solutions désinfectantes nocives pour la santé. Elles sont énergivores à la production et non recyclables.

Encore une fois intérêt et respect de la planète 0.

Conclusion : difficile de trouver des éponges vraiment écologiques ou surtout non traitées. Les éponges ne sont donc pas un produit éco-responsable en l’état. Et pourtant, difficile de s’en passer et semblent bien pratiques pour la vaisselle et le ménage.

Choisir entre la peste et le choléra ? Non merci ! Je choisi une autre voie alternative : l’éponge Tawashi

L’idée, venue du japon, est de fabriquer des éponges ou une sorte de lavette en recyclant de vieux tee-shirts, chaussettes ou collants.

A l’époque, où on utilisait le palmier à chanvre pour tresser les éponges. Les avantages sont nombreux :

1. On ne jette plus ses vieux vêtements usés ou déchirés en leur offrant une seconde vie très longue

2. On fait des économies car on arrête d’acheter des éponges

3. On épargne la planète et aussi notre santé.

Beaucoup de tutoriels – notamment vidéos sont disponibles – sur internet, je vous mets le mien en photos réalisé avec de vieilles chaussettes et quelques conseils de réalisation.

Matériel :

– 2 chaussettes usagées

– De grands ciseaux robustes

– Un cadre carré avec des clous : j’ai fabriqué le mien sur 15 cm par 15 cm avec des clous plantés tous les 1,5 cm en forme de carré.

Comme j’avais un gros tas de veilles chaussettes, cela est plus pratique d’avoir un carré tout prêt car vous n’avez pas à le refaire à chaque fois. Toutefois, j’ai aussi vu une astuce de le faire avec des épingles à linge posées sur une boîte plastique.

Temps de réalisation : quand vous aurez bien pris la main sur la technique, 20 à 30 minutes par éponge sera nécessaire.

Étape 1 : Bien choisir son matériel de base.

Je préfère utiliser les chaussettes que les tee shirts car elles sont plus élastiques et se déforment moins à l’utilisation.

Éviter les chaussettes en laine ou avec des motifs surbrodés car comme vous allez devoir détailler la chaussette, vous aurez au mieux des fils partout soit des morceaux pelucheux qui vont se détacher lorsque vous utiliserez l’éponge. Vous pouvez aussi les utiliser mais je réserve les éponges plutôt au ménage qu’à la vaisselle.

J’ai essayé avec des collants mais cela est bien plus compliqué car le collant peut filer facilement. Du coup quand vous allez le détailler, vous risquez d’avoir quelques soucis. Dans ce cas, optez pour des bas résille même si le résultat n’est pas aussi efficient.

Étape 2 : La découpe

Découper une des chaussette dans le sens de la langueur en petites bandes d’environ 2 cm.

Ce n’est pas une science exacte mais tenter d’être régulier(e). Si votre chaussette à des motifs en lignes horizontales, c’est encore mieux car vous pouvez vous en servir pour faire des bandes égales.

Ne pas découper pas la partie supérieure avec l’élastique, laisser aussi le talon et le bout du pied. J’ai essayé de faire des éponges avec l’élastique du haut de la chaussette mais cela s’est avéré trop compliqué et le résultat non pertinent.

Dans mon cas, j’ai besoin de 18 bandes ( soit 2 fois 9) pour faire une éponge. Mais cela dépend à la fois de la grandeur du cadre que vous avez choisi et de la grandeur de la chaussette. Je découpe les chaussettes jusqu’au bout et avec les restes de bandes non utilisées, je mixe les couleurs. Cela donne un peu de fun 🙂

Étape 3 : La détente

Une fois toutes bandes détaillées, prendre une dans les mains et détendre en les allongeant une par une. Elles vont se rouler en boule sur les côtés comme ci-dessous.

Étape 4 : Le tissage

Installer 9 des premières bandes dans un des sens comme ci-dessous. Passer dans un clou puis dans le clou opposé. Peu importe lequel vu que le cadre est un carré.

Prendre ensuite une autre bande et installer sur un des clous les plus extérieurs dans le sens contraire des bandes déjà placées.

Faites ensuite passer en alternance les nouvelles bandes dans celles déjà en place en dessus-dessous : une fois dessus et la bande après dessous, puis dessus, puis dessous, jusqu’à arriver à la fin des bandes déjà placées et faire passer dans le clou.

Prendre la seconde bande et faites de même. Toutefois, si vous avez commencé la première bande dessous, commencer la 2nde dessus et vous commencerez la 3eme dessous (comme la première). Toutes les bandes impaires (1-3-5-7-9) commenceront donc dessous et toutes les bandes paires (2-4-6-8) commenceront dessus.

Cela peut être le contraire mais l’idée c’est que si vous commencez à faire passer la première bandes dessus, la 2nde sera dessous et la 3eme dessus et ainsi de suite.

Étape 6 : Le nouage – sans nœuds

C’est l’étape la plus délicate. Décrocher sur un des angles – peut importe lequel – deux des boucles prises dans les clous : une sur un des cotés et une de l’autre. On détache donc les deux boucles prises dans les clous de part et d’autres du clou vide qui occupe l’angle.

Faire passer la boucle à droite à travers celle de gauche sans nœud. La boucle de droite ainsi nouée devient votre boucle de gauche. Vous pouvez décrocher la boucle du clou suivant. Elle devient la boucle de droite à passer donc dans la boucle de gauche. Procéder ainsi de suite pour toutes les boucles tout autour du cadre jusqu’à la fin de toutes les boucles.

 

Attention : pour les deux premières boucles, il faudra faire passer une seconde fois (la gauche dans la droite) pour bien faire tenir les deux ensemble.

Attention : Ne jamais tirer !

On a tendance, quand on fait passer les boucles les unes dans les autres, à tirer car honnêtement, cela ne ressemble à rien avant que l’on ait fini l’ensemble du tissage.

Au contraire, il faut tirer le moins possible. Surtout au dernier côté du carré car les bouts de chaussettes dans les clous vont avoir tendance à se décrocher et vous faire perdre le fil.

Je n’ai trouvé ce conseil dans aucun des tutoriels qui passent très vite sur cette étape et cela m’aurait bien servi lors de mes premiers essais qui n’ont pas été très concluants.

Étape 7 : Finition

Une fois toutes les boucles liées entre elles y compris les deux dernières; reprendre les deux dernières boucles et faire un nœud avec les deux boucles ce qui permet de sécuriser votre tissage.

Et voilà des éponges prêtes et toutes belles !!

Vous avez offert une seconde vie à des chaussettes que vous auriez jetées – des déchets en moins donc – et cerise sur le gâteau, vous n’achèterez plus jamais d’éponges de votre vie !

Elle est pas PoubelleLaVie 😀

My Original Nature

0

Plantes et jardins – Le Chlorophytum

Mon article d’aujourd’hui pour vous parler d’une plante verte que j’aime particulièrement : le chlorophytum.

Le chlorophytum, est une plante originaire d’Afrique du sud appelé aussi phallangère ou plante araignée à cause de son feuillage. On peut la trouver aussi appelé plante vaudoise ou herbe vaudoise car la couleur de ses feuilles rappelle celle du drapeau vaudois en Suisse.

C’est une plante herbacée qui produit de longues feuilles souples mais qui peut aussi produire ce que l’on appelle des stolons souvent au moment de la floraison. Ce sont des longues tiges au bout desquelles se trouvent de jeunes feuilles.

Vous pouvez prélever ces stolons et les replanter pour faire une nouvelle plante. Il est donc très facile de faire des boutures et multiplier cette plante à l’infini.

C’est une plante très résistante qui se plaît uniquement en intérieur.

Elle est dite dépolluante car elle a la capacité de capter et éliminer des COV (composés organiques volatils). Plus la plante respire d’agents polluants présents dans l’air, plus elle dégage de l’oxygène et de la vapeur d’eau, ce qui contribue à donner un air sain et légèrement humidifié dans la maison.

Le chlorophytum filtre les COV tel que le toluène, le xylène, le monoxyde de carbone et le formaldéhyde.

Voir à ce propos mon article sur les meubles sans toxiques ou mon article sur les toxiques de nos environnements.

[ NB : Certains scientifiques ou chercheurs remettent en cause ce caractère filtrant et dépolluant des plantes dépolluantes … les mêmes souvent qui prétendent que les COV ou les pesticides et autres toxiques n’ont aucun incident sur la santé de l’homme ou des animaux ce qui est de la mauvaise foi puisque nombre d’études et de morts ont démontré le contraire. ]

Cette plante aime beaucoup la lumière et plus la plante y sera exposée plus elle sera belle et se développera avec harmonie.

En revanche, la lumière ne doit pas être trop forte ou être concentrée sur la plante car elle risquerait de s’assécher. Il faut donc éviter les sources de chaleur trop fortes comme les radiateurs.

Il faut couper les feuilles mortes et fanées au fur et à mesure en ne coupant que la partie abîmée pour donner de la vigueur à la plante.

La plupart des sites vous diront que le chlorophytum n’aime pas les excès d’eau. Cela est vrai lorsque la plante vit en pot et elle peut rester quelques semaines sans être arrosée – sans doute à cause de la forme de ses racines qui forment comme de petits réservoirs d’eau et de nutriments.

Vous pouvez également lors de grosses chaleur brumiser légèrement les feuilles avec de l’eau.

En revanche, vous pouvez très bien faire pousser votre chlorophytum uniquement dans un bol d’eau. Immergez uniquement les racines et changez l’eau toutes les semaines à semaine et demi ou quand vous n’avez plus d’eau. Attention à ne pas immerger les feuilles qui risquent de pourrir.

Non seulement, votre chlorophytum ne meure pas mais continue de grandir ! Cela vous permet aussi de garder votre plante et d’éviter à votre chat d’aller y faire du jardinage !

Si vous le conservez en pot, vous pouvez les rempoter à la la belle saison pour changer la terre et redonner une seconde vigueur à votre plante.

1. Au fond du pot, mettez une couche de billes d’argile qui vont permettre de garder une bonne humidité, absorbera les excès et redistribuera celle-ci si l’eau manque un peu.

2. Remettre du terreau de rempotage utilisable en agriculture biologique et mélanger avec des billes d’argile pour bien aérer la terre.

3. Enlever délicatement la plante de son ancien pot et nettoyer légèrement les racines de l’ancienne terre sans bien sûr les arracher. Placer ensuite la plante dans son nouveau pot.

4. Combler la reste du pot avec du terreau.

5. Arrosez et placez à coté d’une fenêtre ensoleillée.

Cette plante est très résistante, c’est peu dire. Il y a quelques années, j’habitais dans un logement où mes plantes ne pouvaient guère avoir la lumière du jour. Lorsque je suis arrivée dans mon logement actuel, voilà l’état de deux de mes chlorophytum :

Les voici quelques temps après :

Bluffant non ?

Petit clin d’œil :

J’ai mis un chlorophytum sur une étagère qui n’était pas assez haute à son goût: les feuilles se sont servi des ouvertures dans la plaque de l’étagère pour faire leur petite vie de plante 😀

Et rappelez-vous :

Les plantes et fleurs ne demandent que de prendre soin d’elles, qu’on fasse attention à elles et qu’on leur parle.

Lorsque vous vous occupez de vos plantes, légumes, fleurs et jardins : parlez- leur ! Félicitez-les, encouragez-les et dites leurs à quel point ils sont beaux et belles et remerciez les pour leurs bienfaits.

Cela fait la vraie différence et vous permettra de garder vos plantes en pleine santé !

Magnifique plante chlorophytum ! Merci à elle pour tous ses bienfaits !

Mélanie – My Original Nature

0

Bonne année 2019 !

Mon premier article de l’année est pour envoyer, comme chaque année depuis 3 ans, à tous et toutes mes meilleurs vœux pour une excellente année 2019 !

Je l’espère en premier lieu pour nous tous avec une bonne santé que ce soit dans nos corps ou dans nos esprits.

J’adresse plus que jamais mes pensées à tous ceux qui sont dans la détresse quelle qu’en puisse être la raison. J’espère pour tous un avenir meilleur dans la paix et la richesse équitablement partagée.

J’en profite également pour remercier tous les lecteurs et lectrices de ce site car c’est toujours grâce à vous qu’il vit et continue à vivre … malgré mon absence cette dernière année.

En écrivant cet article, je réalise que je n’ai quasiment rien rédigé pour ce blog depuis 2 ans…

Cette période correspond pour moi au début d’un nouvel emploi. Même si je sais que j’ai beaucoup de chance d’avoir un salaire par les temps qui courent; je constate pourtant que cette vie professionnelle mange peu à peu ma vie personnelle ainsi que les choses importantes qui s’y trouvent comme ce blog. C’est d’autant plus triste que ces personnes et ce métier ne valent pas l’investissement et les heures que j’y consacre.

Je veux donc faire rimer 2019 avec sérénité, temps présent partagé avec vous tous car partager avec les autres, c’est une source d’enrichissement inépuisable !

Pour 2019, je compte mettre à profit ces heures de temps libre retrouvées pour mener un projet important : passer au  Zéro Déchet … ou au moins essayer de les limiter un maximum.

D’abord, parce que c’est bien pour la planète de générer moins de déchets mais car cela fait aussi du bien à la tête et fait gagner de la place dans les placards !

Je vais donc créer une nouvelle catégorie intitulée « PoubelleLaVie » car la vie va être bien plus belle sans poubelle !!

N’oubliez pas que vous avez la parole en laissant un commentaire et je ne manquerai pas d’y répondre.

Bon début d’année à tous et toutes !!

Mélanie – My Original Nature

0

Recette cométique – Le gel hydroalcoolique version 2.0

Je vous présente aujourd’hui une amélioration de ma recette de gel hydro alcoolique. La recette originale est ici.

L’hygiène des mains est toujours primordial et il est important de se laver les mains avec de l’eau et du savon plusieurs fois par jour.

Mais cela n’est pas toujours possible. C’est pour cela qu’à été été inventé le gel hydro alcoolique, une solution en gel le plus souvent ou en lingettes permettant de se désinfecter les mains sans eau ni savon.

Je vous rappelle que ce n’est qu’une solution de dépannage et que ce produit ne remplace pas un bon lavage des mains à l’eau et au savon.

Et bien sûr pas sur les enfants ou les femmes enceintes et allaitantes à cause des HE.

Avant de réaliser une recette, pensez à lire les articles :

Intérêt des produits faits maison

Conseils pour bien commencer

Liens pour bien commencer

Pensez aussi à aller faire un tour dans La Boîte à Malices pour en connaître plus sur les ingrédients et notamment la section sur les huiles végétales.

Pensez également à bien respecter l’hygiène en désinfectant tous vos contenants, vos ustensiles et votre plan de travail. Voir à ce propos l’article sur l’alcool à 90° sans toxiques. Pensez également à tester tous les ingrédients sur vous avant d’utiliser le produit.

Cette recette est diffusée sous licence Creative Commons By-nc-sa 4.0 international.

Cela signifie que vous pouvez librement reproduire, diffuser et communiquer cette recette sous certaines conditions :

1. Vous devez toujours citer Mélanie – My Original Nature comme auteur de la recette et donner le lien vers le blog.

2. Cette licence interdit tout usage commercial. Vous n’êtes donc pas autorisé à faire un usage commercial de cette recette en tout ou en partie.

3. Partage à l’identique. Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant l’œuvre originale, vous devez diffuser l’œuvre modifiée dans les même conditions, c’est à dire avec la même licence avec laquelle l’œuvre originale a été diffusée.

Voici dont la nouvelle recette avec les améliorations :

1. Les ingrédients :

35 ml d’eau filtrée

Vous pouvez choisir un hydrolat à la place mais attention car les odeurs des HE sont déjà assez prononcées. Veillez à ne pas faire de mélange d’odeurs qui pourrait être désagréable.

– 1,5 ml de gomme guar

J’avais mis au départ de la gomme xanthane mais après plusieurs essais, je constate que la version avec la gomme guar pénètre plus vite dans la peau et sèche mieux sans laisser de film désagréable sur les mains.

De plus, elle est souvent moins chère que la gomme xanthane.

– 15 ml Alcool à 90° non camphré et non dénaturé avec de l’acétone.

Attention l’alcool à 70° est le plus souvent maintenant dénaturé avec du camphre et celui à 90° avec de l’acétone. Il vaut mieux vous abstenir de l’utiliser pour cette recette. J’ai aussi baissé la teneur en alcool et le porduit prénètre plus vite et sèche plus vite aussi.

– 2 ml de glycérine végétale

– 5 gouttes HE Lavande vraie

– 5 gouttes HE Manuka

– 5 gouttes HE Fragonia

– 5 gouttes HE Orange douce

– 5 gouttes HE Pamplemousse

J’ai choisi ces huiles essentielles car toutes sont d’excellents désinfectants aériens. Mais, si vous n’avez pas toutes ces huiles essentielles en stock, vous pouvez aussi faire quelques associations simples avec des HE plus transversales comme :

HE Citron

HE Tea Tree

HE Pin Sylvestre

HE Lavande vraie

Cela fonctionnera aussi !

2. Le matériel :

– Un petit contenant opaque ou semi opaque de 50 à 60 ml

– Un bol

– Un petit fouet

– Un set de cuillères doseuses

– Un torchon propre

3. Le temps de préparation : 15 minutes.

4. La procédure à suivre :

Pour 50 – 60 ml de produit environ  :

A. Mettez votre eau minérale ou votre hydrolat dans un bol. Ajoutez la gomme guar en une fois dans votre bol ­en agitant très fortement.

Lorsque les deux sont biens liés, laisser reposer 5 minutes. Un gel moyennement compact devrait se former. Si vous voyez que le gel n’est pas encore tout à fait formé, attendez quelques minutes supplémentaires.

Quand le gel est bien constitué, homogénéisez avec le fouet afin que l’appareil soit bien homogène.

B. Préparez votre alcool et versez dans votre gel tout en remuant énergiquement.

C. Lorsque vous avez un gel bien homogène, vous pouvez incorporer petit à petit et en remuant entre chaque ajout la glycérine végétale et les huiles essentielles.

D. Votre préparation est prête, il n’y a plus qu’à la mettre dans votre contenant préalablement désinfecté.

Gardez à l’abri de la lumière et de la chaleur. Le mieux est d’opter pour un contenant opaque mais de petite taille pour pouvoir le glisser dans votre sac à main ou votre sacoche.

Pensez à étiqueter votre produit en mettant la désignation, la composition, l’utilisation, la date de fabrication et la date limite d’utilisation ainsi que les précautions spécifiques au produit.

Je ne mets pas volontairement de conservateur dans cette préparation. Avec la teneur en alcool et en ajoutant les HE, il y a peu de chances que cela vire à la moisissure d’autant si vous avez pris les précautions d’hygiène lors que la préparation.

Utilisation :

Il faut mettre un peu de gel dans le creux de votre main et frotter vos mains l’une contre l’autre des deux côtés. N’oubliez pas les espaces entre les doigts, les ongles et les poignets.

Comme précisé dans mon précédent article, il ne faut pas en abuser, pas plus d’une voir deux utilisation par jour.

Cela est vrai pour ces gels du commerce qui sont très agressifs pour la peau qui contiennent beaucoup d’alcool, agent qui détruit les cellules de la peau. Sans compter tous les produits toxiques qu’ils mettent à l’intérieur qui sont censés nous protéger des méchants virus et encore d’autres choses qu’on ignore.

Je l’avais déjà évoqué, le problème de ces produits, c’est qu’ à trop vouloir détruire les germes, virus et autres microbes, on en oublie que certains contribuent à notre bonne santé.

Nous semblons préservés mais notre corps n’aura plus de défenses et ne forgera plus son expérience immunitaire. De là, cela fera comme les antibiotiques, nous développerons une résistance ou plutôt ici une accoutumance et nous ne seront plus protégés de rien.

Vous pouvez donc fabriquer ce gel pour correctement désinfecter vos mains quand vous n’avez pas accès à l’eau, en déplacement, en randonnée, dans les espaces publics mais avec modération !

La recette que je vous propose ici est douce grâce à la glycérine, elle va prendre soin de votre peau Il me semble également que l’odeur est encore meilleure que dans ma précédente version.

5. Le temps de conservation : 3 à 6 mois à température ambiante.

6. Le coût de fabrication : 1,01 pour 60 ml

7. Mon économie moyenne par an : Sans objet car je n’utilisais pas de gel hydroalcoolique auparavant.

8. La comparaison :

Elle est disponible sur mon précédent article sur la recette du gel hydroalcoolique.

Cette version est 31 cts de moins que ma première version du gel.

Ce qui augmente donc encore la moyenne d’économie déjà de de 2,14 € sur les gels et de 4,20 € sur les lingettes donc qui dépasse les 3,17 € en moyenne sur chaque produit acheté !

Un petit produit bien pratique dans la vie de tous les jours et qui saura prendre sa place dans votre sac à mains et autres sacoches 🙂

Mélanie – My Original Nature

0

Recette du ménage – la lavande dans les armoires

La lavande dans les près et jardins commence à fleurir et emplit nos yeux de leur jolie couleur mauve et nos narines d’une calmante senteur d’été.

Mais la lavande n’est pas qu’une fleur, c’est surtout un concentré de mille vertus.

En réalité, il est certainement plus exact de parler des lavandes. Une très grande famille, celle des Lavandula qui regroupe des centaines d’espèces différentes.

Les lavandes sont de petits arbrisseaux à fleurs en épis de couleur mauve ou violette. Ces sont des arbustes très odorants et mellifères, c’est à dire qu’ils attirent les abeilles.

Les lavandes étaient déjà connues des Romains qui l’utilisaient pour conserver et parfumer leur linge fini de laver mais aussi pour parfumer leurs bains.

Ce serait d’ailleurs de là qu’elle tire son nom, le mot lavande étant un dérivé du verbe laver remontant au latin lavandaria : linge à laver.

C’est au Moyen Age que se développe leurs utilisations notamment en Provence ; les lavandes appréciant le climat et le soleil de cette région.

Elles étaient utilisées pour confectionner des médicaments mais surtout du parfum. Sa culture pris son essor au XIX eme siècle lors de l’implantation de parfumeries dans la région de Grasse.

Grasse était traditionnellement une ville spécialisée dans le tannage du cuir de très grande qualité. Le cuir sentant mauvais, les tanneurs de la ville de Grasse se mirent à fabriquer des gants en cuir parfumés. L’Histoire nous dit que Galimard, un tanneur réputé de Grasse en offrit une paire à Catherine de Médicis, qui répandit cette mode à la Cour puis dans la haute société.

Les différentes espèces de lavandes contiennent nombre de composés différents. De manière générale et commune à l’ensemble des espèces, les lavandes ont de très nombreuses vertus :

Elles sont des antiseptiques généraux et en particulier pulmonaires mais aussi des bactéricides qui peuvent être utilisés dans vos produits ménagers maison mais également dans les armoires contre les mites et les shampoings contre les poux.

Les lavandes sont cicatrisantes et de puissantes régénératrices cutanées notamment en cas de cicatrices ou réactions allergiques.

Elles sont des décontractantes musculaires, utiles contre les crampes, contractures, rhumatismes et douleurs musculaires diverses. Je l’utilise d’ailleurs dans mon la recette de mon beurre décontracturant.

Les lavandes sont aussi apaisantes, anti-inflammatoires, antalgiques et antispasmodiques voir diurétiques.

Certaines espèces sont hypotensives, c’est à dire qu’elle font baisser la pression artérielle. C’est pourquoi les lavandes sont aussi utilisées pour lutter contre l’hypertension artérielle, les spasmes, les palpitations ou la tachycardie.

Ce sont enfin des calmants puissants et des équilibrants pour le système nerveux. Elles sont utiles pour tous les troubles d’origine nerveuse tel que l’asthme, spasmes digestifs, nausées, migraines, maux de tête.

Un précieux allié anti-stress donc qui calme la nervosité, aide à lutter contre l’insomnie mais également contre un état d’esprit déprimé ou anxieux

Il y existe de nombreuses espèces de lavandes dont voici les principales qui trouveront leur déclinaisons en huiles essentielles (HE).

La Lavande officinale, vraie, à feuilles étroites ou fine – INCI Lavandula angustifolia

Les lavandes dites vraies ou fines poussent à une altitude de 500 à 1 700 m, souvent sur les versants ensoleillés des montagnes. La qualité des fleurs de lavande est réputée augmenter avec l’altitude.

La Lavande aspic – INCI Lavandula latifolia, anciennement Lavandula. Spica

La lavande aspic, est récoltée dans tout le bassin méditerranéen entre 0 et 600 m d’altitude et pousse souvent à l’état sauvage.

Elle a les même caractéristiques que ses consœurs si ne n’est qu’elle est une cicatrisante cutanée exceptionnelle sur tous les plaies et anti-infectieuse très puissante (antibactérienne, antifongique et antivirale). Elle stimule le système immunitaire. Elle est aussi anticatarrhale, expectorante ce qui est très utile dans les cas de bronchite.

Son nom aspic viendrai notamment des propriétés antivenimeuses de cette lavande. En cas de morsure de vipère, il suffirait de frotter la plaie avec des fleurs de lavande.

Lavandula stoechas parfois appelée lavande papillon, lavande stéchade, lavande à toupet, lavande des îles d’Hyères est une lavande très florifère avec des fleurs d’un violet profond et en clochette.

Le lavandin est une espèce de lavande mais plus résistante que ses consœurs ce qui explique son essor très important dès les années 50 et dont les rendements sont plus importants.

Il existe de nombreux lavandins différents dont les plus répandus sont le lavandin grosso et le lavandin super.

Ils sont globalement les mêmes propriétés que les lavandes mais les lavandins sont surtout des antispasmodiques puissants.

Il est possible également d’utiliser les lavandes en cuisine notamment en faisant infuser les fleurs de lavande dans du lait et confectionner crèmes et glaces ; voir de la liqueur dans certaines régions. Elles sont aussi utilisées dans certaines régions du Maghreb dans des recettes locales dont le couscous.

Il existe deux procédés principaux de production d’huile essentielle de lavande :

– La distillation traditionnelle avec un séchage pendant plusieurs jours et que l’on distille avec un entraînement à la vapeur d’eau.

– La distillation en « vert broyé » :qui donne une huile essentielle de moindre qualité.

La lavande cueillie est hachée et placée sans séchage dans un contenant de distillation directement mis sur un chaudière.

De nombreuses utilisations sont donc possibles.

Dans cet article, j’ai décidé de m’intéresser à leurs propriétés répulsives contre insectes et leurs larves notamment les mites.

C’est ainsi que vous allez pouvoir, une fois la lavande cueillie, la faire sécher et en faire des petits sachets pour glisser dans vos armoires.

Les fleurs de lavande, séchées, sont très résistantes et conservent leurs propriétés très longtemps.

Voici quelques exemple que j’ai fabriqué.

Vous pouvez utiliser des bouts de tissus ou des sachets divers et variés. Peut importe. L’idée est de mettre de la lavande dans vos armoires pour éviter aux mites de se développer et de trouer vos vêtements, draps et autres linge de maison.

La lavande n’est pas la seule allié contre les mites. Toutes les odeurs fortes les éloignent comme le cèdre, le romarin ou le laurier.

Et en plus, cela va sentir bon dans votre armoire.

Votre linge et vos narines vont vous remercier 🙂

Mélanie – My Original Nature

0

Pratique – L’arnaque des pompes à essence

Un de mes contacts m’a reparlé récemment de cette arnaque et je me suis dis qu’il serait utile de faire un petit article là dessus pour éclairer les personnes qui ne le seraient pas encore sur cette subtilité des pompes à essence automatiques.

C’est une très grossière arnaque parce que cela n’est pas dit dans la chanson et peut vous valoir des ennuis avec les commerçants et la banque.

Cela vous concerne si vous prenez de l’essence en payant aux caisses automatiques 24/24 et si vous avez une carte bancaire à débit immédiat.

Lire la suite

0

Recette cosmétique – Gel huileux visage peaux mixtes et à tendance grasses

­Aujourd’hui, je vous propose une recette de gel huileux pour le visage destiné aux peaux jeunes et adultes, mixtes, à tendance grasse ou acnéique.

Depuis quelques années, j’avais tenté des crèmes diverses et variées, de ma composition ou non, contre ce problème de peaux grasses, mixtes ou à imperfections mais sans réel succès.

A chaque fois, même avec des huiles non comédogènes comme l’huile de noisette, la peau regraissait tout de suite ou brillait à la fin de la journée. De plus, bien souvent, cela ne résolvait pas le problème des imperfections et parfois même l’amplifiait.

C’est ainsi que j’ai mis mes neurones à contribution et ai eu une révélation. En fait, ce qui gênait dans les compositions était la phase huileuse et l’émulsifiant. Il me fallait donc réaliser un gel aqueux (c’est à dire juste à base d’eau) et sans huile ou très peu.

Lire la suite

0

MAJ – Les soins et remèdes de l’hiver

[Mise à jour 14.01.2018 ]

Petite mise à jour du blog avec l’ajout de remèdes dans l’article Santé – Soins et remèdes d’hiver.

Ajout du remède d’infusion de fleurs de mauve contre la bronchite.

Crédits photos : Par Rosa-Maria Rinkl — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=34908405

Crédits photos : Mélanie – My Original Nature

La mauve est une alliée de choix dans le traitement pour tous les problèmes liés à la sphère de la gorge et des poumons. Notamment en cas d’affection des bronches, les fleurs de mauve sont un traitement très efficace.

Lire la suite

0

Bonne année 2018 :)

Crédits photos : Mélanie – My Original Nature – Photo non retouchée

Mon premier article de l’année sera consacré à vous envoyer comme chaque année à tous et toutes mes meilleurs vœux pour une excellente année 2018 !

J’espère que celle-ci vous apportera beaucoup de bonheurs, de joies, de réussites et de partages constructifs.

Je vous souhaite surtout une bonne et forte santé ce qui finalement est de loin le plus important.

Gardez vos proches dans vos cœurs et n’attendez pas qu’il soit trop tard pour leur dire que vous les aimez.

Je remercie tous également tous les lecteurs et lectrices du blog car c’est toujours grâce à vous qu’il vit.

Un grand merci à vous tous et toutes !!

J’adresse aussi une grande pensée à toutes les personnes dans la difficulté ou qui souffrent. J’espère pour vous tous un avenir meilleur.

Il faut essayer, le plus que nous pouvons, de se soutenir mutuellement, tous ensemble afin de garder espoir et positivité dans ce monde et faire que notre avenir commun soit meilleur.

L’année passée, j’avais pris la résolution de ne pas prendre de résolutions.

Cette année, j’ai décidé de prendre non pas de résolutions mais plutôt des compréhensions.

Être plus compréhensive et gentille envers moi et avoir en réalité un seul vrai objectif pour cette année :

LÂCHER PRISE.

Celui-ci pourrait se décliner de beaucoup de façons pour nombre d’entre nous mais il sera pour moi d’accepter qu’il n’y a que 24 heures dans une journée et qu’il me faut définir des priorités.

Se concentrer sur les choses importantes et laisser les détails à ce qu’ils sont ; des choses minimes qui nous polluent et nous détournent du vrai sens que nous voulons donner à nos vies.

Cette année aura été un peu compliquée pour moi que ce soit personnellement et professionnellement avec des hauts et des bas.

Par manque de temps et d’énergie, j’ai un peu laissé ce blog vivre sa vie. J’ai beaucoup d’articles en préparation ou presque finalisés mais je me suis laissée débordé par le quotidien et les événements de la vie et je n’ai rien publié depuis longtemps.

Je vais donc tenter cette année de revenir à mes basiques, de me remettre à écrire et faire ce qui me tient à cœur : partager avec vous.

Partager avec les autres, c’est une source d’enrichissement inépuisable.

Et s’il en est, peut-être aussi une mini résolution cocooning : prendre soin de mes cheveux. J’espère pouvoir faire pleins d’articles dans cette thématique pour vous cette année!

Pour terminer, une petite citation pour bien commencer l’année 2018 de Nelson Mandela que j’aime beaucoup :

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Mélanie – My Original Nature

0

Hommage

Photo : Mélanie – My Original Nature

J’aimerai aujourd’hui rendre hommage à ma très chère amie Catherine qui nous quittés brutalement.

Sans toi, je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.

Tu as changé mon regard sur les choses. Tu m’as ouvert les portes de tant de mondes différents dont celui de l’alternatif et tant d’autres choses que je n’aurai jamais imaginé. Tu m’as fais réfléchir, me remettre en question, progresser, évoluer.

Tu m’as écouté et conseillé [souvent]. Nous avons ri [encore plus souvent]. Nous nous sommes soutenues mutuellement [très souvent]. Nous nous sommes aussi un peu accrochées [mais pas souvent ni longtemps ]. Nous avons énormément échangé et réfléchi ensemble. Nous avons partagé nos vies et nos passions communes.

Tant de choses que sans toi je ne ferais pas aujourd’hui.

Je n’aurais jamais entrepris de fabriquer mes produits ménagers et cosmétiques moi-même.

Ce blog n’existerait pas.

Je n’aurais pas arrêté de boire du lait ni de manger moins de viande.

Je ne ferais pas le rituel du millefeuille japonais ni de masques au rhassoul.

Je n’aurais jamais retrouvé des ancêtres italiens.

Je ne me serais pas réconciliée avec certaines personnes.

Je ne me serais pas mise à changer certaines de mes habitudes de consommation qui étaient meurtrières pour nous et notre planète.

Je n’aurais pas fait les correctifs nécessaires pour améliorer ma santé et celle de mes proches.

Tu as aussi beaucoup aidé à la réalisation de plusieurs miracles de ma vie.

Je n’aurais pas pris conscience de certaines de mes « casseroles » et commencé à essayer de les régler.

Je n’aurais pas connu ta famille, des personnes qui sont elles aussi maintenant très chères à mon cœur, aussi exceptionnelles que tu l’étais.

Tu m’a appris ce qu’est la vraie amitié, inconditionnelle. Tu m’a appris que l’amitié est une confiance en l’autre, une affection sans jugements, sans a priori qui perdure quelque soit le temps et la distance.

Je raisonnais déjà d’une autre manière que la plupart des personnes mais tu m’as aidé encore à comprendre et à me poser les bonnes questions.

Ta présence, ton intelligence, ta soif de connaissances, ta personnalité, ta manière d’être si particulière et ta façon décalée de voir les personnes et le monde, ton amitié ; si forte ; tout me manque.

Tu étais une personne si importante pour moi. Tu comptais tellement pour moi.

Nos très longues conversations qui duraient des heures vont énormément me manquer. Nos partages nombreux sur autant de sujets différents possibles étaient une richesse.

Tu es une personne rare que j’aurais eu la chance de connaître et qui m’a tant apporté.

Tu me manques bien plus que les mots ne peuvent exprimer.

C’est une immense douleur de t’avoir perdu mais ce n’est difficile que pour ceux qui restent. De là où tu es, j’espère que tu as une jolie vue sur le monde.

Je te garderai à jamais dans mon cœur.

Grazie mille Cath. Grazie dal profondo del cuore di essere stato una se grande amica per me.

Mélanie – My Original Nature

0

Pratique – Brosse à dents : ne changez que la tête !

Petit article du jour pour vous présenter un ustensile économique pour la planète et pour votre porte monnaie.

La brosse à dents est l’outil essentiel à utiliser chaque jour pour garder une bonne hygiène dentaire. L’ennui, c’est que l’on doit la changer régulièrement, normalement, tous les 3 mois afin de garder intacte son efficacité.

Petit calcul pour une personne:

Lire la suite

0

Santé – La technologie 3D tue nos yeux et nos cerveaux

Chaque jour, lorsque nous ouvrons les yeux sur le monde et que ceux-ci sont en parfait état de fonctionner, nous découvrons le monde en couleurs, en formes et en mouvements.

C’est ce que les humains à travers les âges ont tous connu.

Puis un jour Léon Bouly et les Frères Lumière inventèrent le cinéma. De là, une nouvelle manière de regarder le monde et de le penser a pris naissance dans « le 7 eme art ».

Une véritable industrie s’est bâtie sur celui-ci générant nombre de productions cinématographiques.

Pourtant avec l’avènement des nouveaux médias – la télévision, le magnétoscope, puis internet, DVD et Blu Ray – le nombre d’entrées dans les salles obscures a beaucoup chuté depuis les années 1950.

L’enjeu financier et la technologie aidant, nous avons inventé une nouvelle manière de faire venir les clients dans les cinémas : la 3D, cette odieuse tyrannie.

Je dis tyrannie car c’est encore une nouvelle manière de nous vendre un service dont nous n’avons pas besoin. C’est super « in » et à la mode mais cette nouvelle technologie – je devrai dire en fait ancienne – a de réels dangers.

Lire la suite

0

MAJ – La recette de lessive pour le linge

Je viens de mettre à jour mon article sur la recette de lessive pour le linge suite aux commentaires d’une lectrice et de constatations lors de la fabrication de mes dernières lessives.

[Mise à jour 12.03.2017 ]

Ajout d’un avertissement sur la texture de la lessive :

Veillez à ce que votre lessive ne soit pas trop compacte sinon elle risque de boucher la bac à lessive. Ce n’est pas grave mais cela va faire stagner l’eau dedans et moins bien laver. Vous pouvez ajouter de l’eau et bien remuer.

Ajout du dosage par lessive.

Pour les dosages par lessive, je mets pour ma part entre 3/4 et le max du repère max de ma machine. Cela correspond à deux bouchons moyens de lessive. Si vous avez l’option demi-charge, ne mettez donc que la moitié de la dose. Vous pouvez également ajouter deux cuillères à soupe de percarbonate de soude avec vos lessives de 60° qui aideront à bien détendre le linge pour un meilleur nettoyage.

[Fin de la mise à jour ]

Bonne lecture (ou relecture) !

Mélanie – My Original Nature

0

Pratique – L’arrêt du repassage

Dans la lignée de mon article sur les économies d’électricité, mon article d’aujourd’hui pour vous expliquer pourquoi je ne repasse plus.

Raison n°1 : Le fer à repasser et encore plus les centrales vapeurs sont des gros consommateurs d’électricité.

Lire la suite

0

Bonne année 2017 :)

rose-5

Mon premier article de l’année sera consacré à vous envoyer à tous et toutes mes bons vœux pour une excellente année 2017 !

J’espère que celle-ci vous apportera beaucoup de bonheurs, de joies, de réussites et de partages constructifs.

Je remercie tous les lecteurs et lectrices du blog. C’est grâce à vous que je peux partager toutes mes astuces et découvertes au fil des jours. Je vois toujours heureuse que certains d’entre vous laissent aussi des commentaires ce qui me prouve qu’il y a bien des humains derrière ces écrans ce qui est encore rassurant !

Un grand merci à vous tous et toutes !!

Je vous souhaite surtout une bonne et forte santé ce qui finalement est de loin le plus important.

Gardez aussi de l’énergie afin de pouvoir mener à bien les projets et les actions qui vous tiennent à cœur.

On essaye souvent de prendre de bonnes résolutions chaque nouvelle année qui commence. Quand j’ai posé la question à mes proches sur quelles bonnes résolutions ils allaient prendre cette année, une personne m’a répondu :

« Cette année, je prends la résolution de ne pas prendre de résolutions ! »

Je me suis dis, en voilà une bonne idée !!

On est d’accord que ces résolutions tiennent rarement plus de la moitié de l’année et nous plaçons quelque fois la barre tellement haut que cela en devient même assez stressant. Elles ont parfois le mérite de nous redonner un peu de motivation dans ce creux d’hiver difficile mais cela reste souvent difficile de s’y tenir car elles relèvent plutôt d’un changement de mode de vie qui ne peut s’opérer que sur le long terme.

Gardons à l’esprit de rester dans la modération et de ne se donner des objectifs qui soient raisonnablement atteignables, histoire de passer l’année détendu et de ne pas perdre de vue les petits plaisirs la jalonnent.

Partagez avec les autres, profitez de toutes les choses et ne perdez pas une seconde pour prendre le temps de vivre.

Je vous souhaite aussi beaucoup de bonne humeur et de positivité afin d’égayer votre vie, celles de vos proches et de tous ceux qui comptent pour vous. Soutenons-nous tous ensemble afin de garder espoir dans ce monde qui semble parfois n’avoir aucun sens et générer des changements positifs pour l’avenir.

Je vous envoie beaucoup de paix, de lumière et de courage pour cette nouvelle année qui commence où tous les possibles redeviennent possibles.

N’oubliez jamais de rêver car ces rêves peuvent devenir des réalités.

Mélanie – My Original Nature

2

La recette du ménage – Le vinaigre blanc gélifié

Mon petit article du jour pour vous présenter mon arme ultime contre le calcaire : j’ai nommé mon ami le vinaigre blanc !

Vous trouverez un article sur le vinaigre dans la Boîtes à Malices – section les produits du ménage.

Le vinaigre, c’est bien contre le calcaire mais le problème, c’est que ce diable de calcaire va se nicher dans des endroits improbables : des surfaces bien lisses de l’évier ou du pare douche en plastique ou en verre, les bases de robinets, les surfaces planes et verticales …

Lire la suite

0

Recette cosmétique – Le savon liquide pour les mains à l’huile de coco sans huiles essentielles

Aujourd’hui, je vous propose une variante de ma recette du savon liquide pour le lavage des mains.

En effet, suite aux commentaires de deux lectrices, j’ai tenté deux expériences :

1. Remplacer l’huile d’olive par de l’huile de coco pour le côté très hydratant et moussant

2. Ne pas y utiliser d’huile essentielle – en cas de l’allergie ou en état de grossesse comme notre lectrice.

Lire la suite