La recette du ménage – Le répulsif contre les moustiques

Le moustique, ça pique ! Mais un été sans moustique c’est magique !

Comme à chaque début d’été dans nos contrées tempérées, nos « ennemis » les moustiques reviennent en force.

Depuis des années et des années que je lutte contre ces vilaines bestioles qui nous empêchent de dormir la nuit, j’ai essayé nombre d’astuces qu’elles soient chimiques ou technologiques et sans aucun succès.

J’en ai eu donc assez et me suis tournée vers des solutions naturelles … pas forcément plus efficaces. Je me suis donc demandée pourquoi je n’arrivais pas à trouver une solution opérante contre ces vilaines bestioles.

Puis, me tournant vers la cosméto Home Made depuis quelques années, je n’avais vraiment jamais envisagé de fabriquer un répulsif contre les moustiques. C’est donc l’objet de cette recette un répulsif très efficace contre ces vilains suceurs de sang.

Cette recette, bien que très efficace est à coupler avec des conseils de base pour éviter leur prolifération ou leur attaques dehors ou dans la maison. Conseils en fin d’article.

Mais pour commencer, c’est quoi un moustique ?

800px-Aedes_albopictus_on_human_skin

Crédits photos : « Aedes albopictus on human skin » par James Gathany — This media comes from the Centers for Disease Control and Prevention’s Public Health Image Library (PHIL), with identification number #1969. http://phil.cdc.gov/PHIL_Images/08152002/00003/A.albopictus_jg_091501_004d.tif. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Aedes_albopictus_on_human_skin.jpg#/media/File:Aedes_albopictus_on_human_skin.jpg

Le vrai nom du moustique est culicidae. Il est communément appelé moustique dans nos régions européennes mais il est aussi connu sous le nom d’anophèle ou de cousin qui ne désigne plus maintenant que les moustiques non dangereux et surtout les espèces françaises de très grande taille. Il porte aussi le nom de Maringouin chez nos amis Québecois.

Wikipédia nous apprend que ce mot aurait pour origine un mot indigène provenant de marui, maruim ou mbarigui emprunté aux amérindiens par les marins français et répandu lors de l’expansion coloniale.

Le terme Moustique est attesté en français à partir de 1654, il fait suite à une forme mousquitte mentionnée antérieurement. Il est issu de l’espagnol mosquito, diminutif de mosca « mouche » qui procède du latin musca, tout comme le français mouche. La métathèse mousquitte à moustique est probablement due à l’analogie avec le mot tique. Le mot se rencontre aussi bien au masculin qu’au féminin au XVIIe siècle, l’étymon espagnol étant du genre masculin, tique étant du genre féminin .

Source : Wikipédia

Les moustiques sont le plus important vecteurs d’agents pathogènes pour l’homme. Il existe dans le monde près de 3 534 espèces de moustiques réparties en 111 genres.

Les maladies qu’il transmets sont pléthore. Dans les principales nous pouvons citer :

Paludisme ou malaria : Maladie parasitaire la plus importante au monde qui cause encore plus de 600 000 décès par an.

Fièvre jaune

Chikungunya

Dengue ou fièvre rouge

Fièvre de la vallée du Rift

Virus du Nil occidental

Filarioses

Encéphalites

Toutefois, le SIDA ne fait pas partie de ces maladies transmissibles. En effet, ce virus ne peut pas se reproduire dans le moustique et arriver jusqu’aux glandes salivaires là où il pourrait être inoculé à l’homme. Ce virus est digéré avec le sang en moins de 24 heures et ne reste donc pas incuber dans le moustique (voir les références sur Wikipédia).

Mais il ne s’attaque pas qu’à l’homme qui n’est – finalement – pas sa principale source d’alimentation. La moitié des espèces de moustiques se nourrissent exclusivement du sang des oiseaux, suivi de celui des rongeurs et des grands mammifères, des reptiles et des batraciens.

Nous avons souvent l’image a juste titre que le moustique est le seul animal au monde qui ne sert à rien. Il pique les hommes et les autres animaux et transmet des maladies affreuses parfois mortelles. Il est donc possible de se demander la raison obscure pour laquelle Dame Nature a créée ces bestioles qui semblent ne servir à rien. Et pourtant …

Les moustiques participent à pollinisation des plantes et autres fleurs, au même titre que autres insectes butineurs. Les adultes qu’ils soient mâles ou femelles se nourrissent aussi de nectar de fleurs. Les moustiques se nourrissent aussi en se rassasiant d’eau sucrée et de sucs végétaux (nectar, sève). Certaines espèces de moustiques peuvent vivre plusieurs mois en passent l’hiver dans des caves, grottes, étables ou des abris naturels. Dans ces cas de genre d’hibernation, les moustiques notamment femelles se constituent des réserves adipeuses et ne pondent pas.

Ils font donc partie de la diversité biologique et auraient une fonction importante dans le cycle du carbone, de l’azote et même une valeur de bio indicatrice de ces mêmes cycles.

De plus, les larves de moustiques mais aussi les adultes servent de nourriture pour de nombreux prédateurs comme les araignées, insectes, libellules, chauve-souris, lézards, batraciens, poissons, oiseaux y compris aquatiques, les plantes carnivores. Cela transfère donc de grandes quantités de biomasse à la terre.

Toutefois, son rôle dans les chaînes alimentaires et les conséquences de sa disparition locale ou totale sont mal connus.

En définitive, le moustique est donc utile. Qui l’eût cru !

Mais alors pourquoi les moustiques piquent ?

Il faut d’abord savoir que seules les femelles piquent. Elles prélèvent le sang des humains et des animaux pour la reproduction. Le sang contient en effet toutes les protéines nécessaires à la maturation des œufs (notamment le vitellus destiné à nourrir le germe de l’œuf). Ce sang est indispensable à la ponte.

Mais toutes les femelles ne piquent pas. Certaines dites autogènes peuvent se passer de sang pour la maturation de leurs œufs. Celles qui ont besoin de sang sont appelées femelles anautogène.

L’accouplement des moustiques a lieu très peu de temps après le passage à l’âge adulte, chaque femelle étant fécondée une seule fois pour toute sa vie !

Cependant, la plupart des femelles moustiques sont hématophages c’est à dire que le sang est indispensable à la ponte. Ce cycle est répété plusieurs fois au cours de la vie d’une femelle moustique.

Quid de la piqûre ?

Cette piqûre, qui ne dure que 2 à 3 secondes si le moustique n’est pas dérangé, est le plus souvent nocturne surtout à l’aube ou au crépuscule.

Pendant la piqûre, la femelle injecte de la salive anticoagulante. C’est cette salive qui provoque des démangeaisons parfois irrépressibles. Ça gratte mais si le moustique ne nous injectait pas cette salive, la plaie resterai ouverte et donnerai lieu à de multiples infections peut-être aussi graves que les autres maladies qu’il transmet.

Qu’est ce qui attire le moustique ?

J’apprends d’abord que le moustique et ses larves sont dotés d’yeux et peuvent s’orienter à la lumière y compris très faible. Plus ils ont faim, plus leur sensibilité à la lumière est accrue.

Et là où il y a de la lumière, il y a des humains. La lumière est donc une sorte de signal garde à manger.

Mais l’insecte affamé, plus que la lumière, est ultra sensibles aux odeurs corporelles qu’il peut détecter à 2 km à la ronde. Il repère d’abord le dioxyde carbone ou CO² dégagé par la respiration et la transpiration.

Plus l’insecte se rapproche, plus il va être réceptif à d’autres odeurs corporelles. De proche en proche, elle va détecter de nouvelles odeurs de plus en plus prononcé qui lui trace un vrai « chemin olfactif ». Dès qu’elle a trouvé sa proie, la femelle moustique mets en fonction des thermorécepteurs qui lui permettent de trouver l’endroit idéal où piquer.

Une fois repue, elle reprend sa sensibilité à lumière perdue en partie pour être plus sensible aux odeurs et sortir ainsi de la pièce

Ce n’est donc pas un mythe de dire qu’il y a des « personnes » à moustiques ou des « peaux » à moustiques : entendez des personnes qui se font plus souvent piquer.

Beaucoup d’espèces de moustiques sont spécialement sensibles à certaines odeurs

L’Acide lactique produite lors d’un exercice physique. Plus le sport est intense, plus la concentration de cet acide est important.

Le sébum : pas de chance pour les personnes à peaux grasses ou mixtes

L‘ammoniac : présentes dans beaucoup de produits cosmétiques et souvent dans les colorations pour les cheveux

Les sécrétions de la sueur, haleine mais aussi des pieds et mains.

La chaleur : les personnes malades qui luttent contre une infection ont une température corporelle augmentée et sont donc des cibles privilégiées.

L’urine

Les vapeurs d’alcool

Les parfums

Personnes ayant consommé beaucoup de bière ou de fromage

Tout cela pourrait expliquer que certaines personnes soient plus piquées que d’autres …

Il semblerait toutefois que le vieil adage qui dit que plus nous avons la peau sucrée plus une femelle pique soit faux. (voir à ce sujet les références Wikipédia).

Les moustiques sont aussi attirés par la chaleur, l’humidité et les personnes ayant une température corporelle élevée – sont les personnes malades.

Vous trouverez tous les détails dans l’article source de ces informations : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moustique.

Avant de réaliser une recette, pensez à lire les articles :

Intérêt des produits faits maison

Conseils pour bien commencer

Liens pour bien commencer

Pensez aussi à aller faire un tour dans La Boîte à Malices pour en connaître plus sur les ingrédients.

Pensez également à bien respecter l’hygiène en désinfectant tous vos contenants, vos ustensiles et votre plan de travail. Voir à ce propos l’article sur l’alcool à 90° sans toxiques. Pensez également à tester tous les ingrédients sur vous avant d’utiliser le produit.

Cette recette est diffusée sous licence Creative Commons By-nc-sa 3.0.

Cela signifie que vous pouvez librement reproduire, diffuser et communiquer cette recette sous certaines conditions :

1. Vous devez toujours citer Mélanie – My Original Nature comme auteur de la recette et donner le lien vers le blog.

2. Cette licence interdit tout usage commercial. Vous n’êtes donc pas autorisé à faire un usage commercial de cette recette en tout ou en partie.

3. Partage à l’identique. Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant l’œuvre originale, vous devez diffuser l’œuvre modifiée dans les même conditions, c’est à dire avec la même licence avec laquelle l’œuvre originale a été diffusée.

Voici donc la recette.

MISE EN GARDE – ATTENTION

Le produit que je vous propose est une solution hautement dosée en huiles essentielles.

Veillez à ne pas l’ingérer et à ne pas le répandre dans des sources d’eau potable ou utilisées pour le jardinage (puits, récupérateurs d’eau de pluie etc …)

Veillez également à le tenir hors de portée des enfants et des animaux.

Voici donc la recette de mon répulsif maison contre les moustique que j’ai appelé Eté magique car il va vous permettre de passer un été agréable sans moustiques.

1. Ingrédients :

Pour 500 ml

– 470 ml vinaigre de cidre

On peut également réduire légèrement vinaigre de cidre et remplacer par 15 à 20 ml de vodka

Vous pouvez également remplacer 1/3 à la moitié du vinaigre par de hydrolat de géranium bourbon. Faîtes le vraiment si vous avez sous la main fait maison à partir de vos propres fleurs de géranium parce que cet hydrolat est assez onéreux.

– 30 gouttes de chaque huiles essentielles suivantes :

– Cryptoméria ou cèdre du japon

– Cèdre atlas

– Géranium Égypte

– Citronnelle

– Lavande aspic si vous pouvez sinon une autre type d’huile essentielle de lavande.

2. Matériel :

– Un récipient pulvérisateur de 500 ml

Un entonnoir

– Alcool à 90° pour désinfecter

Un torchon propre.

Un masque de protection

– Des lunettes de protection

– Des gants de protection

– Un tablier

3. Temps de préparation : 5 minutes environ.

4. Procédure à suivre :

A. Bien désinfecter votre contenant et la pompe vaporisateur avant de commencer.

B. Mettre votre entonnoir directement dans le pulvérisateur et versez le vinaigre de cidre puis éventuellement la vodka.

C. Ajouter une à une les 5 huiles essentielles :

– 30 gouttes HE Cèdre de l’Atlas

– 30 gouttes HE Citronnelle

– 30 gouttes HE Géranium Égypte

– 30 gouttes HE Lavande aspic

– 30 gouttes HE cryptoméria – Cèdre du japon

Transférer dans un pulvérisateur et à pulvériser sur tous les rebords des fenêtres, murs et dans les eaux stagnantes que l’on ne peut pas enlever – genre collecteur eaux pluviales.

Faites attention de ne pas le répandre dans des sources d’eau potable.

Voici à ce que cela devrait ressembler à la fin de la recette (Je l’ai mis ici dans un récipient de 100 ml pris sans et avec flash)

Protégez-vous avec des gants, des lunettes et un masque au moment de la pulvérisation car selon le sens du vent, vous pourriez prendre du produit dans les yeux ou le visage.

G. Il faudra agiter le produit très fortement avant chaque utilisation et plusieurs fois au cours du traitement.

Trois traitements sur une semaine d’intervalle devraient suffire à éloigner tous les moustiques de vos habitations. Si vous êtes dans des zones très infestées, il faudra penser à retraiter régulièrement et après chaque pluie. C’est un peu contraignant mais très très efficace !

Gardez à l’abri de la lumière et de la chaleur. Le mieux est d’opter pour un contenant légèrement opaque qui vous permette de voir le niveau restant dans votre bouteille.

Pensez à étiqueter votre produit en mettant la désignation, la composition, l’utilisation, la date de fabrication et la date limite d’utilisation ainsi que les précautions spécifiques au produit.

5. Temps de conservation : Au moins 3 après fabrication. Généralement, un bidon de 500 ml est nécessaire pour faire deux pans de murs avec deux fenêtres chacune ainsi que les collecteurs d’eaux pluviales et les gouttières.

6. Coût de fabrication : 2,41pour 500 ml – Prix avec de la lavande aspic. L’huile essentielle de géranium est aussi assez chère.

Vous pouvez essayer de remplacer par d’autres huiles essentielles odorantes comme la menthe poivrée (aussi efficace sur les fourmis) ou la cannelle.

7. Mon économie par an moyenne : 27 à 35 € selon les années.

8. La comparaison :

Je n’ai pas fais de comparaison cette fois – ci pour une raison simple : elle est impossible à faire en l’état.

En effet, pour vous protéger des moustiques, vous avez plusieurs possibilités :

Externe ou aériens :

– Produits diffuseurs avec des prises électriques

– Diffuseurs d’ondes, à ultrasons ou dispositifs répulsifs électroniques

– Bracelets à moustiques

– Portes clés répulsifs

– Complexes d’huiles essentielles en diffusion

– Bâtons ou serpentins à faire brûler

– Raquettes anti moustiques

– Bougies

– Pièges à moustiques

Épidermiques :

– Lotions ou produits à imprégner sur les vêtements

– Lotions ou laits corporels

Tous ces dispositifs, surtout les épidermiques, sont à mon avis très dangereux car avec beaucoup d’huiles essentielles ou de toxiques à l’intérieur pour fonctionner. Ils contiennent notamment du DEET, dont une étude met en évidence la très grande toxicité.

Or, mon répulsif contre les moustiques est avant tout à pulvériser les murs et à ajouter aux eaux stagnantes que vous ne pouvez chasser. Il va donc m’être difficile de faire une comparaison avec des choses qui ne sont pas comparables. Mais cette recette est quand même très économique au final.

Pour terminer quelques conseils dans la lutte contre les moustiques.

CE QUI NE FONCTIONNE PAS

Tous les répulsifs chimiques. Les moustiques finissent par s’habituer et en plus d’être toxiques pour l’homme, ils deviennent inefficaces. De plus, progressivement, ils provoquent des mutations chez les moustiques qui deviennent de plus en plus résistants. C’est le même phénomène que pour les antibiotiques chez l’homme : plus on en prend moins ils sont efficaces car le corps s’accoutume. Il en est de même avec les moustiques.

Les spirales. A utiliser exclusivement à l’extérieur, elles semblent efficaces mais à proximité immédiate. Comme ces confrères insecticides, elles sont très toxiques.

Les bracelets anti moustiques. Enduits soit disant d’huile essentielle de citronnelle ou autre (on ne sait pas trop), il restent au contact de la peau pendant des jours. L’huile essentielle de citronnelle peut provoquer des irritations à l’état pur. De plus, si ce n’est pas de la citronnelle qui est contenue dans ce bracelet mais un autre produit bien chimique et toxique, les conséquences peuvent être dramatiques, surtout sur les enfants.

Les appareils à ultra-sons. Ils imitent les vibrations émises par le moustique mâle qui est censé faire fuir la femelle déjà fécondée ou ayant déjà pondu qui cherche du sang pour nourrir les larves.

Cela non seulement ne fonctionne pas mais j’ai remarqué que cela semblait les attirer encore plus.

La fausse bonne idée : le piège à moustiques

Il s’agit d’un piège à confectionner soi-même en fabriquant une préparation avec 20 cl. d’eau, 50 grammes de sucre brun et 1 gramme de levure de bière. Il suffit de verser dans la partie basse d’une bouteille en plastique coupée en deux, retourner le goulot de la bouteille coupée sur la partie basse du contenant rempli. Il faudrait placer ce piège dans la pièce que l’on souhaite protéger.

Les moustiques seront attirés par les gaz provenant de la fermentation du sucre et sont piégés dans la bouteille. Lorsqu’ils sont pris à l’intérieur, les moustiques meurent.

Mais au préalable, ils sont fortement attirés et rappliquent tous dans la pièce que vous souhaitiez protéger. Ils ont alors le temps de vous piquer avant de tomber dans le piège.

Toutes ces solutions sont à oublier d’urgence.

A la place, voici quelques conseils de base.

ASTUCES POUR LA LUTTE CONTRE LES MOUSTIQUES

Beaucoup de ces astuces relèvent du bon sens. Il s’agit en effet de limiter les habitats des moustiques et d’empêcher leur entrée dans la maison.

A l’extérieur :

Vider toutes les eaux stagnantes de votre jardin, lieu idéal de ponte pour les moustiques. Cela peur être les bacs des plantes, soucoupes, des sacs plastiques, vases etc … Si vous avez des récupérateurs d’eau de pluie, veillez à ce que ceux-ci soient hermétiquement fermés ou protégés par une moustiquaire.

De manière générale, si vous ne pouvez enlever l’eau, il faut soit recouvrir tout réservoir, vase ou puits ou changer d’eau toutes 24 heures.

Faîtes attention au collecteurs d’eaux pluviales. Nous n’y pensons jamais mais ce sont des endroits que nous pouvons pas vider notamment si vous faîtes partie d’une copropriété, que vous êtes locataire ou que ce collecteur fait partie du réseau urbain. Je vous propose donc dans ce cas ci de mettre une partie du répulsif fabriqué directement dans le collecteur ainsi que sur la grille et aux alentours.

Dès lors que vous réduisez les lieux de ponte, vous allez automatiquement réduire la population de moustiques.

Cela signifie aussi de débroussailler les hautes herbes dans un rayon de 400 à 500 m autour de vos lieux de vie habituels.

Je vous conseille également si vous pouvez de planter quelques géraniums et œillets d’inde qui ont un effet naturellement répulsif contre les moustiques.

Intérieur :

Le bon sens veut qu’il faut garder portes et fenêtres fermées. Toutefois, lorsqu’il fait chaud, cela fait un peu étuve.

Nous serions aussi tentés d’ouvrir la nuit pour aérer vu que les températures sont plus basses. Mais les moustiques vont profiter de cette brèche.

Le meilleur rempart contre le moustique reste la moustiquaire. Dans les pays tropicaux, elle est indispensable à la vie. Sous nos latitudes, elle devient nécessaire lorsque vous êtes dans une région à moustiques.

La plupart des moustiquaires demandent au moins des fixations au mur et certaines se déroulent à volonté. Ceci étant, elles coûtent assez cher et demandent à percer. Si vous n’avez pas beaucoup de moyens à votre disposition, vous pouvez opter pour des moustiquaires auto agrippantes. C’est un investissement d’une dizaine d’euros par fenêtre mais très vite rentabilisé.

Un système de double face un collant et un agrippant est à coller tout autour de votre fenêtre puis vous mettez la moustiquaire en tension sur la bande agrippante. Rudimentaire mais très efficace. Vous pouvez donc enfin ouvrir vos fenêtres en été, notamment la nuit pour rafraîchir les pièces. Idéale aussi avec des bébés ou des enfants.

Attention tout de même si vous êtes dans une région très venteuse et vérifiez bien qu’il n’y pas de trou ou qu’elle ne se décroche pas.

Le seul inconvénient c’est que vous ne pourrez pas passer par la fenêtre pour rentrer chez vous ou faire passer des objets. Mais, on s’en passe quand on a l’avantage de vivre sans moustiques.

Pour ceux qui sont un peu bricoleurs et qui n’ont pas peur de percer, je vous mets la liste de quelques sites qui proposent des tutoriels afin de réaliser une moustiquaire soit-même.

http://dly.free.fr/immo/index.php/general/en-periode-de-canicule-le-moustiquaire-inevitable/99

http://www.livios.be/fr/gros-oeuvre/portes-et-fenetres/choix-des-materiaux/placer-des-moustiquaires-aux-portes-et-fenetres/

http://www.consommerdurable.com/2010/05/comment-fabriquer-une-moustiquaire-anti-mouches-anti-moustiques-anti-guepes/

Je déconseille toutefois fortement les moustiquaires vendues déjà imprégnées car elles le sont avec des produits chimiques très toxiques. Ils sont nocifs pour le moustique mais également pour l’homme.

Pensez également à protéger les ventilations et autres bouches d’aération car les moustiques peuvent aussi s’y frayer un chemin..

Corporel:

Ne faîtes pas de sport trop violent. Cela provoquerai de la sueur et augmenterai la température de votre corps ce que les moustiques adorent.

Les moustiques ne sont pas attirés que par les odeurs de transpiration mais aussi de parfum. Évitez d’utiliser des cosmétiques ou parfums trop odorants.

Si vous le pouvez, préférez les vêtements légers mais couvrants notamment au niveau des bras et des jambes avec des élastiques serrant aux poignets et au pieds si nécessaires.

Vous pouvez les imprégner extérieurement avec un spray répulsif mais je ne le conseille pas car tous ces sprays sont très toxiques. A moins que vous ayez une recette maison mais il faudrait y mettre des huiles essentielles et du coup, cela peut être problématique aussi vu les proportions qu’il faudrait mettre.

Il donc possible de se prémunir des moustique naturellement et sans manger des produits chimiques toute la journée. Des alternatives simples et naturelles qui ne sont pas coûteuses.

Adoptons la slow attitude avec les moustiques et préservons aussi notre santé :).

Mélanie – My Original Nature

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Culicidae

http://www.encyclo-ecolo.com/Moustiques

http://vigilance-moustiques.com/

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2012/07/18/5-remedes-naturels-anti-moustiques-vraiment-efficaces/

http://www.cfaitmaison.com/divers/moustique.html

http://www.buzzecolo.com/17789/anti-moustiques-naturel-bio/

http://www.consoglobe.com/repulsifs-anti-moustique-3393-cg

http://www.madamenature.be/themes/eco-consommation/anti-moustiques-au-naturel

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20090805.OBS6607/un-antimoustique-toxique-pour-le-systeme-nerveux.htm

http://www.cotemaison.fr/jardin-terrasse/anti-moustiques-anti-guepes-citronnelle-lavande-geranimum-quels-insecticides-ecolos_15157.html

http://amelioretasante.com/les-meilleurs-produits-anti-moustiques-maison/

http://www.remedes-de-grand-mere.com/remede/piege-ecologique-pour-moustique-mouch/

Publicités

A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.