La cruche fissurée

Aujourd’hui, je voudrais partager un texte au hasard de ma navigation internet … Même s’il n’y a jamais de hasard dans la vie.

C’est précisément lorsque je le découvre que je l’ai fait partager à une personne qui avait vraiment besoin de reprendre confiance en elle-même à ce moment là.

A l’écoute de la courte histoire, cette personne m’a souris et m’a répondu : « C’est drôle que tu me racontes ça ! Ce que ressent la cruche c’est exactement ce que je ressens en ce moment ! Elle est vraiment jolie cette histoire ».

Elle me disait un merci au-delà des mots par une puissante pensée.

Je me suis alors dis que si cette histoire avait embelli ce jour-ci la vie d’une personne, elle pouvait le faire pour d’autres, d’où mon partage d’aujourd’hui.

Le texte est – que je sache – anonyme mais bien à propos.

Il nous montre que nous ne devons jamais nous dévaloriser. Que nous avons tous nos faiblesses mais que nous pouvons nous améliorer et en faire de belles qualités.

Nous sommes toujours utile à quelqu’un d’autre que nous. Nous en avons quelque fois conscience ou pas du tout.

L’important est de se rappeler que nous sommes toujours au bon endroit et au bon moment. Il n’y a jamais d’erreurs. Si nous avons parfois la sensation de ne pas être à notre place, prenons du recul et changeons de regard, sans a priori et sans jugements.

LA CRUCHE FISSURÉE

Un vendeur d’eau se rend chaque matin à la rivière, remplit ses deux cruches et part vers la ville distribuer l’eau à ses clients. Fissurée, une des cruches perd son eau. Toute neuve, l’autre rapporte plus d’argent. La pauvre fissurée se sent inférieure.

Un matin, elle décide de se confier à son patron :

– Tu sais, je suis consciente de mes limites. Tu perds de l’argent à cause de moi, car je suis à moitié vide quand nous arrivons en ville. Pardonne mes faiblesses.

Le lendemain, en route vers la rivière, le patron interpelle sa cruche fissurée :

– Regarde sur le bord de la route !

– C’est joli et plein de fleurs !

– C’est grâce à toi, réplique le patron. C’est toi qui, chaque matin, arroses le bas-côté de la route. J’ai acheté un paquet de graines de fleurs et je les ai semées le long du chemin. Et toi, sans le savoir et sans le vouloir, tu les arroses chaque jour.

Ne l’oublie jamais : nous sommes tous un peu fissurés mais, si nous le lui demandons, Dieu sait faire des merveilles avec nos faiblesses.

C’est un si beau texte.

Essayons nous aussi de changer de regard pour voir les belles fleurs que nous avons fait éclore sur notre chemin. Fleurs qui sont autant de personnes que nous avons aidé sans le savoir.

Mélanie – My Original Nature

Publicités

A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.